02/11/2010

Porto Vecchio

Porto Vecchio (Purtivechju en Corse)

Corse du sud, 10 326 Porto-Vecchiais.
Porto Vecchio tient probablement son nom de "vieux port" du "Portus Syracusanus" qui existait à l'époque Romaine.

Créé en 1539 par l'office de St-Georges Porto Vecchio complète le système de défense de l'île, ce lieu a été choisit par Gênes en raison de sa situation stratégique.

 


Le port de Porto Vecchio
dscf0123.jpg

 

Port de Porto Vecchio et la vieille ville en arrière plan

dscf0125.jpg

 

Le port vu de la vieille ville

dscf0131.jpg

 

Porte Gênoise

dscf0126.jpg

 

Rue de Porto Vecchio (vieille ville)

dscf0127.jpg

 

Eglise St-Jean-Baptiste construite du 16e au 19e siècle

dscf0128.jpg

 

Clocher de l'Eglise St-Jean-Baptiste donnant sur la place de la République

dscf0129.jpg

 

Bastion de France reste de la citadelle et des vestiges des remparts

dscf0130.jpg

 

 

17:36 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Photos Corse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

05/03/2010

BONIFACIO

Bonifacio  (Bunifaziu en Corse)

Le Marquis de Toscane Boniface donna son nom à la cité en 828.

Bonifacio est la ville la plus méridionale de L'île Env. 2 600 Bonifaciens (Corse du sud)

 La Citadelle de Bonifacio 

dscf0113.jpg

 

Eglise Ste-Marie Majeure Edifice achevé au 14e siècle, il subit de nombreux remaniements

 jusqu'au 18e siècle

dscf0011.jpg

 


Architecture du clocher de l'Eglise Ste-Marie majeure

dscf0114.jpg

 

 Phare de Bonifacio

dscf0010.jpg

 

Port de Bonifacio 

dscf0110.jpg

 

Sortie du port

dscf0111.jpg

 

 Bonifacio vu de la mer (lors de notre balade en bateau)

 
Le gouvernail de la Corse marque la pointe de la presqu'île. on peut remarquer dans le renfoncement du rocher une tache brune, c'est un projecteur datant de la 2ème guerre mondiale, il servait à éclairer les bateaux et ainsi les avoir en ligne de mire et les bombarder.(une scène du film "les canons de Navarone" de J.Lee Thompson sortie en France en 1961,a été tournée à cet endroit)

dscf0112.jpg

 

 L'escalier du roi d'Aragon on distingue très bien cette étonnante saignée oblique dans la roche.
L'escalier du roi d'Aragon, 187 marches possède sa propre légende liée au siège de Bonifacio.
Pour surprendre les assiégés les soldats Aragonais ont taillé cet escalier au flanc de la falaise sud.

dscf0115.jpg

 

Entrée d'un tunel menant au puits St-Barthélémy qui était probablement la réserve d'eau de la cité.

dscf0116.jpg

 

 La vieille ville de Bonifacio d'anciennes maisons accolées les unes aux autres à l'extrémité de la falaise

dscf0117.jpg

 

Le célèbre grain de sable (que l'on voit sur toutes les cartes postales) bloc de calcaire détaché de la falaise il y a huit siècles

dscf0118.jpg

 

Grotte St-Antoine ou grotte Napoléon nommée ainsi en raison de la forme de son entrée ressemblant au chapeau de l'Empereur

dscf0119.jpg

 

Entrée de la grotte Sdragonato

dscf0120.jpg

 

Grotte Sdragonato de l'intérieur

dscf0121.jpg

 

partie supérieur de la grotte Sdragonato l'originalité de cette grotte est ce trou qui naturellement  s'agrandit au fil du temps et laisse imaginer la forme  de la  Corse  cap inversé

dscf0122.jpg

12:52 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Photos Corse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

12/02/2009

L'île de beauté

Histoire:

De l'Antiquité à la révolution, l'île a subi de nombreuses incursions et a été anexée successivement par les royaumes méditerranéens.
Grecs, Romains, Pisans et Génois ont laissés des traces profondes de leur installation. Le déclin de Gênes au 18e Siècle a permis deux courtes expériences, de royaume avec Théodore de Neuhoff,d'indépendance avec Pascal Paoli. Depuis 1768, la Corse est rattachée à la France à laquelle elle a donné un empereur, Napoléon Bonaparte.

quelques dates:

1755 - 1768  la Corse indépendante sous l'égide de Pascal Paoli
1768 - par le traité de versailles, Gênes ruinée cède la Corse à la France.
1769 - Le 08 mai, les Paolistes sont vaincus par ls troupes Françaises lors de la bataille du Ponte Nuovo; paoli s'exile en Angleterre  
 1769 le 15 août  Napoléon Bonaparte naît à Ajaccio (nom de Baptême Napoleone Buonaparte)

1790 Paoli regagne la Corse après vingt et un ans d'exil
1796 La France reconquiert la Corse. l'île est divisée en deux départements
1811 l'île est réunifiée en un seul département dont Ajaccio devient le chef-lieu
1970 la Corse est séparée de la région provence-côte d'Azur et devient la 22e région de France
1975 la Corse est divisée en deux département: Haute-Corse(2B) et Corse-du-sud (2A)

Emblème tête de Maure (photo copiée sur le net)

Image hébergée par servimg.com

C'est avec Pascal Paoli que la tête de Maure devient le symbole officiel de la Corse. Il décide de supprimer les chaînes et autres marques de soumission et de relever le bandeau qui couvre les yeux

La légende très controversée de cet emblème raconte que Jaime d'Aragon l'aurait choisi après qu'un Corse de son entourage lui ait présenté sur un drap blanc  la tête d'un des esclaves maures coupable d'un complot.

Une autre hypothèse selon laquelle le roi Théodore de Neuhof rendit hommage à un fidèle serviteur maure qui l'aurait sauvé d'un complot criminel ourdi contre sa personne, illustre la naissance du drapeau Corse "A Bandera"

21:32 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Photos Corse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

06/12/2008

Des fournitures pour l'école d'Obock 2 à Djibouti

Pour et avec Mes Ami(e)s de l'association LîDjibouti je dépose ici un projet qui nous tient à coeur...

LîDjibouti existe  pour aider les secteurs de l'enseignement et de la santé principalement dans le nord de la République Djiboutienne.


 L’idée maîtresse est d’aider les enseignants à Djibouti à exercer leur métier dans de meilleures conditions permettant ainsi aux élèves et étudiants de parfaire leurs connaissances et d’être compétitifs sur le marché de l’emploi au pays.

 

-         De bonnes conditions pour les études, cela passe également sur de bonnes conditions de vie, notre objectif est également d’aider la médecine locale.

-         Pour arriver à des résultats quantifiables il est aussi indispensable de sensibiliser la population belge au vécu des Djiboutiens comme de tisser des liens d’amitié et d’échange entre Djiboutiens au pays comme ceux vivants en Belgique et belges au sens large du terme.

 


 
Nous sommes en contact avec l’Ecole Primaire d’Obock 2.

 HISTORIQUE DE L’ECOLE D’OBOCK 2  

 

L’école d’Obock 2 est située à l’entrée de la ville. Elle a été créée et construite en 2000 par les Japonais.

Elle est composée de 6 salles de classes et 7 enseignants (le 7ème enseignant est celui de l’enseignement d’arabe).

L’effectif des élèves est de 209 élèves dont 83 filles.

Les 6 classes sont :

-2 classes de préscolaire : 66 élèves dont 28 filles

-1ère Année : 35 élèves dont 19 filles

-4ème Année : 28 élèves dont 10 filles

-5ème Année : 44 élèves dont 15 filles

-CM2 : 36 élèves dont 11filles

 

 BESOIN DE L’ECOLE   

I. Fournitures scolaires :

 

-Cahiers :

-Cartables :

-Stylos :

-Crayons de couleurs :

-Feutres :

-Ardoises :

-Livrets d’exercices (Maths et Français)

-Boite de Géométrie :

 II. Pour les Préscolaires 

III. Pharmacie Scolaire :

 

- Coton

- Alcool

- Compresses

- Bétadine

- Aspirine

- Paracétamol

 IV. Pour l’école : 

- Photocopieuse du grand tirage

- Matériels d’entretiens pour les latrines

 V. EPS (l’Education Physique et Sportive). 

 

Nous nous devons de sélectionner que des objectifs limités pour bien concentrer cette aide, pour qu'elle soit la plus efficace possible, nous ne sommes pas une ONG avec de grands moyens et nos moyens seront ceux collectés par nous-même. Autant donc se limiter à quelques projets mais bien aider, et non saupoudrer comme c'est trop souvent le cas dans l'aide internationale aux pays les plus pauvres.

  

D’autres y arrivent alors  pourquoi nous n’y arriverions pas, nous aussi.

http://www.lanation.dj/news/2007/ln127/national14.htm.

 

Aujourd’hui nous avons l’appui d’AHMED HOUSSEIN qui nous promet la facilité pour acheminer nos collectes.

 

Je sais que mon blog est  lu à Djibouti et je sais également que beaucoup de personnes sont en séjour sur le territoire, tout comme je l’ai  été en famille il y a quelques temps. Certains vont être de retour en France d’ici peu . Je fais appel à votre générosité, si toutefois en remplissant vos cartons vous avez l’intention de vous séparer de matériels ou de fournitures que nous recherchons, ne les jetez pas, pensez à nous et aidez nous à mener à bien ce projet en nous les offrant, les enfants de Djibouti en auront l’utilité. Parlez  en autour de vous.
 
N’hésitez pas à me contacter, nous trouverons un moyen de les faire parvenir à Obock  par l’intermédiaire de notre contact à Djibouti.  Merci,
Merci de votre aide, Merci pour eux.
 
 

-Pâte à modeler

- Pinceaux

- Gouaches

- Papiers Peints

- Jouets Individuels

- Renforcement en matériels du jardin d’enfants (balançoire, toboggan etc.…)

- Abris aménagé pour le jardin d’enfants et autres

00:31 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Amitié, solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

11/07/2008

La clé de l'Afrique

« Aider les orphelins d'Afrique. » Un Strasbourgeois Didier Wolff , vient de lancer la commercialisation d'une clé représentant le continent africain.

Les bénéfices de sa vente sont reversés à diverses associations, dont celle des Soeurs de la charité Mère Teresa, en Ethiopie. Utilisée comme pendentif, elle symbolise « l'Amour, la Paix, l'Unité et la Solidarité ».

Les artistes Tiken Jah Fakoly, Manu Chao et Touré Kunda en possèdent déjà une.

  Un clic sur l'image pour accéder au site
Image hébergée par servimg.com
 
Pour ne citer qu’une association parmi  toutes celles qui soutiennent ce projet.
 
Entre autre, celle de Tiken Jah Fakoly

Image hébergée par servimg.com

15:40 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Amitié, solidarité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

09/07/2008

Lalibela-Addis Abeba

Lalibela- Addis Abeba,

dernière ligne droite avant de  « boucler la boucle » 

La  ‘route historique’ nous  mène à Kombolcha (où nous avons passé la nuit)  en passant par Weldiya ou woldia sans oublier les petits villages traversés  comme Sendafa, Dalota village Oromo, Debré Birhan  petite ville  peuplée en majorité d’Amhara,ville fondée par un des plus importants rois du moyen âge Zara Yaqob.

 

Alamatha

P105)entre Lallibela et Kombolcha alamatha.

Image hébergée par servimg.com  Image hébergée par servimg.com

 Image hébergée par servimg.com  Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com

Moutons, vaches et singes Gelada cohabitent

Image hébergée par servimg.com

 

 

Image hébergée par servimg.com

Image hébergée par servimg.com

                                                                        Woldia

Image hébergée par servimg.com  Image hébergée par servimg.com

 

Entre Komblocha et Addis Abeba

 

Image hébergée par servimg.com   Image hébergée par servimg.com

 

   

Image hébergée par servimg.com

 

 

 

   

Image hébergée par servimg.com

 

 

A Addis Abeba  nous avons visité le musée national d’Archéologie où est conservé de nombreux vestiges préhistoriques, fossiles et une copie du très célèbre  australopithèque « Lucy » découvert en 1974 par Yves Coppens dans la vallée d’Awash.  L’incontournable merkato faisait parti  du programme également, un des plus grands marchés d’Afrique, on y trouve de tout du bois de la quincaillerie, de la vannerie, des épices, des vêtements….

 

 
Image hébergée par servimg.com

En début d’après-midi l’heure de se rendre à l’aéroport pour le retour approchait mais il restait suffisamment de temps pour monter jusqu’aux collines d’Entoto à 3200m d’altitude. De là un  splendide panorama sur la capitale et sur les montagnes s’offre à nous.

  

Image hébergée par servimg.com

17:46 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

28/06/2008

Couleurs estivales

Si la vie n’est qu’un passage,
sur ce passage au moins semons des fleurs.

                                               Michel de Montaigne (1533 - 1592)

 

 

Belles des champs

Image hébergée par servimg.com

 

 

Folles herbes

Image hébergée par servimg.com

 

 

Gentil coquelicot mesdames, gentil coquelicot…

Image hébergée par servimg.com

 

 

beautés flottantes

Image hébergée par servimg.com

 

 

Abeille butineuse

Image hébergée par servimg.com

 

 

Régal de l’écureuil

Image hébergée par servimg.com

23:28 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Nature | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook

07/06/2008

Parfum de roses

La Rose

le  parfum  subsiste  toujours  au creux  de la  main
qui  offre  la  rose
                                                          Walt Whitman.
 
Origami
Image hébergée par servimg.com

Rose éclatée 
Image hébergée par servimg.com

Hélice
Image hébergée par servimg.com

Tourbillon
Image hébergée par servimg.com

Rose dentelle
Image hébergée par servimg.com

En larme
Image hébergée par servimg.com
 
Rendez -v ous...  Melle  Rose e t  MMe  Lune
Image hébergée par servimg.com

14:17 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Nature | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

05/06/2008

Le bain du ciel

La forme et le reflet se regardent...

SL380188A
                                                                                  Saut du Doubs, mai 2008

16:06 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Ombres et reflets | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

02/06/2008

Lalibela

Lalibela, bâtie sous le règne du roi du même nom, haut lieu culte situé à 2300 mètres offre aux pèlerins Chrétiens orthodoxes d'Ethiopie une nouvelle Jérusalem. Les églises monolithiques creusées dans la roche (le tuf) à la fin du XIIème siècle en font la particularité.

 La tradition veut que toutes ces églises soient creusées par le roi Lalibela avec l'aide nocturne des anges. Selon  la légende, il  fut témoin dès sa naissance de faits miraculeux. A peine né il fut recouvert d’un essaim d’abeilles, sa mère s’exclama « Lalibela » qui en langue Agaw signifie « les abeilles reconnaissent sa souveraineté » c’est ainsi qu’elle donna le nom de Lalibela au nouveau né. 

A la suite d’une tentative d’empoisonnement par son demi-frère qui occupait le trône à ce moment là, Lalibela serait revenu à la vie après trois jours de mort apparente. Durant son « coma » il visita les  sept cieux en compagnie des Anges. Après ce miracle il se retira dans le désert puis partit en exil  à Jérusalem (40 ans selon la tradition). C’est à son retour qu'il reçut l'onction royale et qu’il fit sortir de la pierre  les 11 églises.

Les églises de Lalibela sont ordonnées en deux groupes, séparées par le yordanos (Jourdain) dans lequel une croix monolithe taillée désigne le site du baptême du Christ.  Bieta Ghiorghis (maison de St Georges) est la seule église solitaire et en retrait des groupes mais aussi la plus connue. 

 

Le Jourdain

Image hébergée par servimg.com

 Bieta Ghiorghis

Image hébergée par servimg.com

 Le matin nous avons visité les églises de la partie Nord, un vrai parcours qui conduit du péché au salut, de la mort à la lumière, de l'esclavage à la terre promise pour atteindre l'église du sauveur du monde. Ensuite nous sommes allé(e)s faire un petit tour sur le marché très bruyant où se bousculent, femmes, hommes, enfants, mûles,chèvres...   

Eglises de la partie Nord :  

- on trouve Le Tombeau d’Adam .

 -Bieta Debré Sina (Mont Sinaï) appelée aussi Bieta Michaël et Bieta Golgotha, ses deux églises côte à côte symbolisent le rapprochement entre l’alliance de la loi donnée au Sinaï, l’ancien testament et la nouvelle alliance conclue sur le calvaire, le nouveau testament. 

 -Bieta Denaghel (maison des martyres) dédiées aux 36 vierges martyrisées sous le règne de l’empereur Julien à Edesse, ancienne Roha. 

-Bieta Masqal (maison de la croix)  

-Bieta Maryam (maison de Marie) dans le milieu de l’église, un pilier carré orné d’une belle peinture sur toile représentant la vierge à l’enfant entourée des archanges Michaël et Gabriel…

 -Bieta Medhane Alem (maison du sauveur du monde)« C’est dans cette église que nous avons assisté à la messe de Pâques ». Eglise la plus haute du site.33,5 m de long, 23,5 m de large et 11,5 m de haut. 

Et enfin l’église « solitaire »Bieta Ghiorghis (maison de St Georges)St Georges patron des martyrs, patron de l'Ethiopie. Sur le mur longeant la longue tranchée permettant d'accéder à l'église, sont visibles les légendaires empreintes des sabots du cheval de Saint georges qui accourut pour admirer l'oeuvre.

La légende raconte que le St Roi Lalibela avait terminé la taille de toutes les églises, selon l’ordre reçu de Dieu, lorsque St Georges lui apparut sur son cheval blanc en se montrant frustré qu'aucune des églises ne lui soit vouée. C’est ainsi que Lalibela tailla et dédia  cette église à St Georges.  

 L’après midi se fut le tour des églises de la partie sud  après une pizza mangée à l’hôtel restaurant « chez Sophie »

 Les églises de la partie Sud :

  -Bieta Gabriel et Raphaël 

-Bieta Emmanuel (maison d’Emmanuel) 

-Bieta Mercurios 

-Bieta Abba Libanos (maison du St Libanos) 

 

 Des Ermite vivent dans des niches taillées au coeur de la roche Image hébergée par servimg.com 

Chaque église a son prêtre et sa croix .

Croix manuelles que les fidèles embrassent à trois reprises aux extrémités en signe de dévotion et croix de procession, emboîtées sur un grand bâton en bois, elles sont ornées d’une bande de tissu censé rappelé le vêtement de Jésus. Elles accompagnent chaque procession.  

Lors de mon deuxième séjour j’ai pu visiter également le monastère de Naakuto Lab, situé à quelques km de Lalibela. Un sanctuaire construit à l’interieur d’une grotte de basalte.  
  
 
Monastère de Naakuto Lab
p125.monastère de naakuto laba..

D'après la tradition, l’église aurait été construite par le roi Naakuto Lab qui ne serait pas mort mais aurait disparu, Son retour est attendu, selon la  croyance,  il reviendra guider son peuple. 

A l’intérieur de la grotte se trouve une cascade de  pierres creusées par l’eau bénite qui goutte du plafond. Les pèlerins viendraient  y boire quelques gorgées à jeun pour se guérir des maladies. 

    

01:16 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

01/06/2008

De Maqalé à Lalibela

 Au départ de Maqalé, nous prenons la route pour Lalibela. Encore de nombreux villages traversés jouissant d’un charme tout à chacun, avec d’humbles maisons de fermiers (Godjo) en sorte de torchis (mélange de bouses de vaches, terre et herbe) aux toits de tôles ou de chaume, en pierres ou en peaux de bêtes
suivant la région.

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com  Image hébergée par servimg.com
un clic sur les photos pour les agrandir
 
Des paysages toujours aussi grandioses ont défilés, 

Montagnes, lacs et vertes étendues.

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

 

 

Image hébergée par servimg.com

 

 

13 heures de mini-bus, ce fut le trajet le plus long et le plus fatiguant du séjour.

Dès le lendemain matin avec la sérénité du lieu, notre fatigue s’est faite oublier.

LALIBELA ! Une merveille. 

 

  
Image hébergée par servimg.com

19:34 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

31/05/2008

LALIBELA

Lalibela,

23:31 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Latitude

Les trois éléments naturels sont ici à l'honneur,

SL380191B

19:27 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Ombres et reflets | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

29/05/2008

rencontre avec la « foi » orthodoxe

 

Avant d’arriver à Lalibela ville Sainte et magique, site  inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1978, un important art religieux reste à découvrir…LES CROIX.     Elles  tiennent une place importante dans la vie des Ethiopiens. Chaque ville Sainte possède sa croix. En fer, en bois, en métal argenté, processionnelles ou manuelles.

 

 Autour d'un bijou

 

 

croix Ethiop
                                                      
                                               N°1 Croix de St Gabriel
                                               N°2 et 5 Croix de Lalibel 
                                               N°3 Croix d’Axoum
                                               N°4 Croix de St Georges

 

 

croix de lalibela 1

Une des croix la plus connue, la croix de Lalibela "Afro Aygebam".
Elle aurait été volé et emmené en Italie où l'on aurait tenté de la plier
mais elle a résisté.
 
 
 
  

croix Lalibela
 
La petite croix(1) toute en haut représente Jésus entouré des 12 apôtres(2),

six de chaque côté. Elle est réalisée en trois métal, l’or, le fer et le cuivre.

 

L’or représente le prix payé à Judas pour  avoir livré Jésus (bien que

dans le nouveau testament Judas a été payé avec 30 pièces d'argent).

Le fer en référence aux clous avec lesquels Jésus à été crucifié

Et le cuivre symbole du sang du Christ.

 

Les petites parties qui dépassent des deux côtés ,

laissant paraître une silhouette d’oiseau(3)

Symbolise le St Esprit, (une controverse pourtant,

certains interprèteront ces parties comme étant les épines

que Jésus portait sur sa tête avant sa mort).

Au centre, est représenté la croix de St Georges.

 
 
  

 

 Image hébergée par servimg.com   Image hébergée par servimg.com   Image hébergée par servimg.com

 Image hébergée par servimg.com   Image hébergée par servimg.com   Image hébergée par servimg.com

 Image hébergée par servimg.com

 

La plupart des croix à mains (Manbar)se terminent par un quadrilatère symbolisant le "tabot"  l'Arche d'Alliance qui aurait contenu les tables de la loi.

croix à mains

 

00:06 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

20/05/2008

Carnet de route Suite de Bahar Dar - Gondar - Axoum - Maqalé

Troisième jour en Éthiopie (1er séjour) nous partons pour Gondar.

Lors du deuxième périple, la durée du séjour étant plus courte nous avons opté pour un circuit plus petit

mais tout aussi captivant (circuit 1 = grande boucle pour le 1er séjour ; circuit 2 = Petite boucle pour le 2ème séjour)

 

 

 Image hébergée par servimg.com   Image hébergée par servimg.com

 

Donc au départ de Bahar Dar l’itinéraire diffère entre chaque circuit.

Au  village de Wereta (circuit 2, petite boucle) nous traversons le pays d’Est en Ouest en empruntant une magnifique route de montagne très pittoresque appelée « route chinoise » qui nous mènera à Lalibela, petite ville Sainte d’environ 12 000 habitants, un des  lieux le plus  important de pèlerinage du pays.

 

La route se poursuit jusqu’à Gondar pour le  circuit 1,  (grande boucle) En  chemin, nous avons découvert de gigantesques pitons volcaniques, d’immenses plaines verdoyantes sans oublier les jolis petits villages traversés et  tous ces gens croisés, qui marchent, qui courent, certains avec de  grosses charges sur le dos d’autres accompagnés de leur mule elle aussi chargée. Ils marchent des kilomètres pour atteindre la ville la plus proche ou encore se rendre à un marché où ils vendront leurs produits de la terre, leur bétail.

 

Image hébergée par servimg.com    Image hébergée par servimg.com

 

 

Après trois heures de minibus, des paysages plein les yeux et une route qui grimpe à n’en plus finir, nous arrivons à Gondar située à 2207m d’altitude. Un tour dans nos chambres d’hôtel pour poser nos bagages et nous partons en visite à l’église Debré Birhan Selassié. Après le  repas de midi nous continuons les visites à la cité impériale et aux bains de Fasiladès.

 
bus

 

Image hébergée par servimg.com    Image hébergée par servimg.com

 

Le lendemain de bonne heure et de bonne humeur, en route pour Axoum (Axum),

Une belle ville où se dressent de majestueuses stèles et obélisques. Eglises, tombeaux, musée sont à ne pas manquer  mais avant d’y arriver,  il y a un bout de chemin à parcourir (une journée) avec un spectaculaire panorama  sur les montagnes du Simien, villages, forêts, champs se succèdent. Nous approchons  de Debark  ville peuplée de 15000  âmes, la traversée de cette petite ville distancée de 830 km de la capitale est très mouvementée, il faut slalomer entre les animaux et les gens qui sont au milieu de la route et de plus c’est jour du très important marché. Il y a du monde qui arrive de partout, d’ailleurs nous avons fait une halte pour acheter quelques bananes et deux des filles du groupe en ont profité pour  faire un tour de gari (charrette tirée par un cheval) Toujours dans un décor grandiose  nous avançons. De grands conifères et eucalyptus  bordent les routes, nous voilà à Addi Arkay (pays du bambou) gros bourg habité par des éleveurs de bétail. La fin de journée approche encore quelques km et Axoum est  à nos pieds. Ouf !

 

Une soupe de lentilles et une bonne nuit  pour être en forme le lendemain, la journée promet d’être chargée. Visite du champ de stèles et le réservoir de may-shum, la tombe du roi Kaleb et gebré Meskati, la Pierre d’Azena et le musée archéologique + un petit tour au centre ville et dans les boutiques pour  regagner en fin d’après-midi  Maqalé  capitale du tigré et y passer nuit.

 

Le trajet entre Axoum et Maqalé s’est  fait  sur des chemins tantôt chaotiques, tantôt  plus confortables mais  toujours aussi grimpant et montagneux. En traversant certains villages  au milieu de la forêt, ça sentait bon la fumée de bois d’eucalyptus que les habitants brûlaient.

                                

11:30 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

Gondar & Axoum

Gondar fut la capitale de l’Éthiopie du 16ème au 18ème siècles.

 

« La légende dit:  que le roi Lebna Denghel vit apparaître l’archange Uraël.  
Il  lui  révéla que la nouvelle capitale du pays devait avoir un nom
commencent par la lettre G .
 
Quand à Fasiladès, il est dit, qu’il pourchassait un buffle,
celui-ci  le conduisit miraculeusement à Gondar.
Exténué par cette poursuite, le roi se reposa.
Un vieil ermite lui apparut et lui annonça qu’à cet endroit,
il devait établir sa capitale »
 
 

 

La ville n’a pas été épargnée dans le passé. Pillée, occupée, bombardée ….

Aujourd’hui Gondar abrite encore de nombreuses ruines de palais impériaux, mais aussi des églises et une belle architecture fasciste, empreintes de l’occupation Italienne.

 

La cité impérial de Gondar,

L’empereur Fasiladès fit construire le premier des châteaux. Les Empereurs qui lui ont succédé,

ont chacun apporté à ce château une touche personnelle.

 

L’église de Debré Birhan Sélassié,

L’église actuelle dédiée à la sainte Trinité à été construite au début du 19ème siècle sur les ruines d’une ancienne Eglise incendiée à plusieurs reprises. Elle est entourée de grands arbres. A l’intérieur le plafond  est décoré de Quatre-vingt anges et séraphins protecteurs regardant dans les quatre directions. les murs sont peints de scènes des deux testaments. On peut y voir de magnifiques tableaux racontant les épisodes de la vie de Jésus, la fuite en Égypte, les rameaux, la Sainte Cène, la descente aux enfers….

   

 

Plafond de l'église Debré Birhan Sélassié

Image hébergée par servimg.com

 

 

La route se poursuit jusqu'à Axoum (Axum),

 Axoum seconde ville sainte de la province du tigré après Lalibela. Un Royaume antique. Selon  la tradition de l’église Orthodoxe, l’Arche d’alliance aurait été volée par un roi d’Axoum puis cachée dans l’église Ste Marie de Sion  où elle se trouverait toujours.

le champ des stèles de gigantesques  colonnes trônent au milieu de ce site archéologique. Le plus grand des obélisques se trouve à terre brisé en quatre morceaux, il mesurait 33,5 m de hauteur, son poids dépassait les 400 tonnes. On peut encore en voir un de 23 m de hauteur il domine à l’entrée du champ. Un nombre impressionnant de stèles et obélisques sont alignés sur plusieurs rangées. Des fouilles se poursuivent, elles ont déjà permises de découvrir des salles funéraires et une nécropole qui pourrait dater du 4ème siècle après Jésus-Christ.   

 

Un bon nombre d’objets trouvés lors des fouilles de la région sont conservés et exposés au musée archéologique, poteries, croix en pierre, pièces de monnaie….

  

En face du champ des stèles se trouve le réservoir de May-Shum, plus connu sous le nom de « piscine de la reine de Saba » 

Au pied du mont Likanos, se trouvent les tombeaux de rois Axoumites. Le roi khaleb et son fils Gebré Masqal, on y accède par un escalier, le tombeau de Khaleb est formé de trois chambres funéraires tandis que  cinq constituent celui de Gebré Masqal.    

 

 Sur la piste, en redescendant à la ville, une petite construction en pierre abrite « la pierre d’Ezana » une stèle d’une hauteur de 2,5 m env. sur une largeur de 80 cm, sur laquelle des inscriptions datant du IVe siècle sont gravées en trois langues, en Sabéeb, en Grec et en Guèze. Les  inscriptions racontent comment le christianisme s’est développé dans la région d’Axoum sous le règne du roi Ezana. Cette pierre a été découverte par un paysan qui labourait son champ.                        

 

11:05 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

02/05/2008

Bahar Dar

 Bahar Dar, qui signifie : « bord de mer » en amharique est une ville importante située au bord du lac Tana. La rue principale est bordée de palmiers. C’est également une ville très touristique avec des hôtels, des restaurants des magasins et un marché particulièrement animé où on y trouve de tout, de la bassine en plastique à la casserole en alu en passant par les oignons, les œufs, les épices pour enfin découvrir d’originales sandales fabriquées dans de vieux pneus. Un peu plus loin sous une halle avec d’étroites allées, vêtements traditionnels, chaussures, sacs s’entremêlent.

 Mais Bahar Dar c’est aussi les incontournables Chutes Tissisat  «Tis-Isat : fumée d’eau» plus connues sous le nom des chutes du Nil, « Tis Abay : fumée du Nil » d’une cinquantaine de mètre de hauteur et de 400 m. de largeur.  Il faut environ une heure en bus pour s’y rendre depuis la ville, le chemin est un peu chaotique et poussiéreux. C’est au petit village de Abbay que le bus termine sa route,  le reste du trajet pour arriver aux Chutes se fait à pied environ 30 mn de marche en compagnie d’enfants qui tentent de vendre des boissons et divers objets. 

Le lac Tana est également une curiosité, dune superficie de 3630 km² ce lac est d’origine volcanique, il compte trente îles et trente huit monastères qui abritent des Bibles richement décorées et des fresques murales qui expriment une ancienne et riche tradition artistique et religieuse. Certains sont fermés aux femmes. Le plus accessible se trouve  sur la péninsule de Zeghè qui est recouverte d’une végétation assez dense. Le monastère d’Ura Kidane Mihret.  Après la traversée du lac en navette l’accès à ce monastère se fait par un agréable chemin dans la forêt  au milieu des bananiers, des caféiers et des genévriers, on y fait de sympathiques rencontres.

La promenade sur le lac se termine par un passage près de la ligne du partage des eaux à l’endroit où le Nil bleu prend sa source dans le lac Tana pour se jeter après un long parcours (au Soudan, en Égypte…) dans la Méditerranée.

 

18:55 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

30/04/2008

Sur la route d'Addis Abeba à Bahar Dar

 

Parcourez plus de 500 km en images de la capitale
en passant par Debré markos ville d'env. 55 000 habitants,
Dejem juchée sur un belvédère qui surplombe les gorges du Nil bleu
sans oublier le monastère de Debré libanos
pour enfin arriver à Bahar Dar.
 

   

23:50 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Carnet de route d'ADDIS ABEBA à BAHAR DAR

Image hébergée par servimg.com

 

Au départ d’Addis Abeba, capitale de l’Éthiopie le chemin c’est d’abord poursuivit jusqu’à Bahar Dar, ville touristique célèbre pour le lac Tana et les Chutes du Nil bleu. Mais avant d’y arriver nous avons fait quelques haltes, notamment au monastère de Debré Libanos.  on y accède en  empruntant une piste  de 4 km. Ce monastère a  été fondé au 13e  siècles par le saint Tekle Haymanot.

Monastère de Debré Libanos

Image hébergée par servimg.com

Arrivé(e)s à Dejem, nous passons la nuit avant de reprendre  la route en  direction de  Bahar Dar. Dejem est à env.350 km de Bahar Dar, nous avons pris un petit déjeuner à Debré Markos

 

 

En route, plusieurs arrêts se sont imposés pour se dégourdir les jambes et boire un petit buna (café) l'Éthiopie accueille les voyageurs avec un grand sens de l'hospitalité, malgré la misère dans laquelle vit une partie de la population.

 

Lors d’un arrêt nous avons acheté des bananes et de  l’Arakie (alcool de céréales :maïs, orge… extrêmement fort).

 

Image hébergée par servimg.com    Image hébergée par servimg.com

  

Nous voilà enfin à Bahar Dar après 6h de transport sur des routes semées d’embûches (animaux, gens….)  Visite des chutes, du lac, le marché….Je vous laisse découvrir ces lieux en images dans la catégorie  « photo d’Éthiopie ».

    

  

23:10 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

27/04/2008

Pâques Ethiopiennes

 

JOYEUSES PAQUES 

 

Aujourd'hui  Dimanche  27 avril 2008 (19 avril 2000 au calendrier Ethiopien)

ce sont  les Pâques Ethiopiennes.

Alors je souhaite de Joyeuses Pâques à tous les Ethiopien(nes)s

de là-bas et d’ici.

 

merry Easter

 


 

  Pâques en Éthiopie ou Fassika  est célébré de manières très différentes des Pâques en France. C’est la fête la plus importante du calendrier Chrétien.
Les églises sont remplies de fidèles. Les pèlerins arrivent de toute l’Éthiopie et certains parcourent à pied un  long chemin qui prend des jours , des semaines pour aller prier sur un  lieu saint. 
 
Le  carême éthiopien dure 55jours, pendant cette période aucun produit animalier ou laitier ne peut être consommé. Les fidèles mangent vers 15 h à la fin de la messe du jour. A partir du vendredi saint se déroulent  les cérémonies Les plus importantes. Les gens se prosternent toute la journée pour fatiguer leur corps et ils prient sans relâche pour se  rappeler la souffrance de Jésus lors de sa crucifixion sous Ponce Pilate. Du vendredi au dimanche il n'y a aucun repas de pris,  le jeûne complet appelé "makfèle" .

 

Le dimanche à 3 heure du matin  (heure ou Jésus est ressuscité parmi les morts) tout le monde manifeste  la joie et  les gens se regroupent en famille et mangent de l’injera et le doro wat (sauce  au poulet) chez les grands parents ou chez les aînés de la famille avec les frères, les cousins… les plats sont partagés avec les plus démunis. Le mouton est tué et durant toute la journée, les familles, les proches, les voisins  se reçoivent  pour échanger les vœux. Dans les maisons,  les sols sont jonchés d’herbe (kétéma ) on sent vraiment l’ambiance de fête, la joie et le bonheur se lisent sur tout les visages.

 

 

 

 

 

 

01:17 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

26/04/2008

Périples en Ethiopie

         Mon  premier voyage!
         je l’ai fais  en avril 2006 avec Julien  mon fils aîné
        et 4 dames rencontrées à Djibouti lors de mon séjour.
        Pour le deuxième, deux mois après en juin 2006 
        j’étais en compagnie de Nathalie et Laurane deux Amies.
       D’ailleurs j’en profite pour toutes les remercier d’avoir mis en commun 
       les nombreuses photographies rapportées.
      « les miennes leur appartiennent quand aux  leurs, j’en ai  fais miennes
                           Merci les filles.

 

 

SL380620.

L’Éthiopie « pays des visages brûlés » émerveille.

Quand on évoque l’Éthiopie c’est souvent  d'un pays pauvre,

ravagé par la famine et la guerre qu’il en ressort.

Pourtant c’est un  pays  avec d’importantes  richesses culturelles,

architecturales, religieuses et ethniques.

Ses paysages sont fascinants,  un riche héritage chrétien orthodoxe

a été préservé.

Il n’y a pas de mots  pour décrire  ce qui est vécu quand on visite l’Éthiopie,

 on en rentre avec l’envie de… déjà y retourner.

 

Sa capitale est Addis Abeba  (nouvelle fleur en Amharique),

Sa devise est : Ethiopia Tikdem ( l'Ethiopie d'abord ) 

Le soudans, l’Erythrée, Djibouti, la Somalie et le Kenya sont voisins.

L’unité monétaire est le Birr.

 

L’Éthiopie est une république fédérale.

Depuis 1994, elle n’a plus de langues officielles,

toutes les langues éthiopiennes sont reconnues,

 il en existe pas moins de 80

mais les plus parlées sont l’Amharique, l’oromo,

le Somali et l’Afar.

  

La lecture de l’heure en Éthiopie est très particulière,

il faut donc bien se mettre d’accord en  arrivant 

Pour ne pas avoir de surprise sur les horaires de rendez-vous.

Les éthiopiens divisent une journée de 24 heures en deux fois 12 heures

Ainsi  à  00h sur une montre éthiopienne il sera 6 heures sur notre montre.

Si à ma montre il est  8h il sera 2h sur la montre d’un éthiopien.

 

Une autre particularité de l’Éthiopie, son calendrier.(calendrier Julien)

L’année est divisée en 12 mois de 30 jours + un mois de 5 jours

(6 pour les années bissextiles).

L’année commence  le 11 ou le 12  septembre.

Le 11 septembre 2007  les éthiopiens passaient en l’an 2000 .

 

 

 

septembre-octobre : Meuskeureum,

 octobre-novembre :  Teqemt,

 novembre-décembre : Hedar,

décembre-janvier : Tahsas,

 janvier-février : Ter,

 février-mars : Yekatit,

 mars-avril : Megabit,

 avril-mai : Miyazya,

mai- juin : Genbot,

juin-juillet : Sene,

juillet-août : Hamle,

août-septembre : Nahast,

et un mois de 5 ou 6 jours  (selon les années) : Paguemen.

  

Bon voyage.

               

21:18 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

20/04/2008

Sortie découverte à Cheratte (Belgique)


 
Aujourd’hui, mes Amis de l’association LîDjibouti
organisait une sortie découverte à Cheratte (Belgique)
dans le cadre d’un vaste projet 
visant à mieux faire connaître aux familles Djiboutiennes
 leur pays d’adoption.
 Lors de ces sorties, toutes les personnes souhaitant se joindre  
sont également les bienvenues.
Hélas, la distance faisant défaut, je n’ai pas pu assister à cette promenade
mais par la magie du net, un duplex  webcam
m’a permis d’échanger  quelques mots avec eux .
Malko et Abdallah deux jeunes enfants,
sont venus gentiment me dire bonjour, ils étaient très à l'aise
devant l'écran.
                                                  MERCI  à vous.  
 
 
Bien sur  il était indispensable d’immortaliser ce moment de partage.
(Voilà! une capture d’écran)
 
duplex web.le 20 avril 08 (2)
 
 
 
Pendant ce temps de l'autre côté de l'écran,
"la Belgique" immortalisait elle aussi cet instant. 
 lidjid36

19:46 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Amitié, solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

17/04/2008

Dame Nature

La nature est belle et fascinante….
 
Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige.
Dame Nature change de robe au gré de ses caprices.
 
 
Les bords de la Saône sous le givre de Décembre 

Image hébergée par servimg.com
Image hébergée par servimg.com
 
Reflets dans un étang par une douce journée de janvier
Image hébergée par servimg.com
 
La campagne sous les giboulées de Mars (Pâques 2008)
Cette même campagne sous le ciel couvert d'Avril
Image hébergée par servimg.com
 
Après la pluie le beau temps 
l'arc-en-ciel,
Divine aquarelle aux nuances pastel
Image hébergée par servimg.com
  
Boutons de roses, papillon, escargot... 
l’enrichie bien joliment.
 
 
Rien ne sert de courir...
Image hébergée par servimg.com
 
 Eclosion
 
 
Le Flambé:  papillon  parent du Machaon
Image hébergée par servimg.com
 
 
Duc (moyen) 
Image hébergée par servimg.com

 

Image hébergée par servimg.com

Surprise! un après-midi,
une colonie d'abeilles est arrivée dans le jardin.
En  quelques  minutes  un  superbe  Essaim  s'est formé. Image hébergée par servimg.com
 
Image hébergée par servimg.com
 
 
Image hébergée par servimg.com
 
 
Nous avons fait appel à un apiculteur 
qui est venu en fin de journée le récupérer
et l'installer dans une de ses ruches.
 
Image hébergée par servimg.com

16:22 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Nature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

12/04/2008

Mutilations Génitales Féminines

 
NON à l’Excision.
 
Des millions de femmes et fillettes sont victimes
de mutilations génitales dans le monde.
Ces pratiques ne sont pas perpétrées uniquement en Afrique,
il existe de nombreux cas recensés en  Europe.
 
Il faut oser en parler
dyn002_original_500_248_pjpeg_2622440_0a2356aba417e56eca84ebb5fb78d7f5

 faites un clic sur ce logo
 
"Pour toutes les femmes qui souffrent de l'excision et celles
qui ont décidé de la combattre"

Paroles de 
"NON à l'Excision"
Elles sont venues les femmes, avec un grand couteau.
Elle a bien cru qu'elle allait y laisser sa peau
Et puis ce matin, il a fallu qu'elles entrent,
couper une fleur cachée sous son ventre.

Refrain:
Non a l'excision, Je dis non a l'excision.
Ne les touchez plus, elles ont assez souffert

Un homme essuie son ventre, son corps ne répond même pas
elle voulait bien qu'il entre mais elle ne le sent même pas
il est juste là, juste là pour semer sa graine
mais ce champ qu'il labour est une bien triste plaine

On lui a coupé la peau, peut-être qu'ils la vendent
comme une morceau de viande, un si petit morceau.
on lui a coupé la peau, juste un bout de son corps.
ils ont pris dans son île, le plus beau des trésors

23:58 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Amitié, solidarité | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

09/04/2008

Voyage virtuel

 

 
Entre deux voyages bien réels, en voici un qui a pour point de départ
le monde virtuel. Il y a quelques temps, en parcourant les pages du net,
une association m’a interpellé.
 
Son nom! LîDjibouti, 
créée en Belgique.  Elle a  pour but de  rassembler,
Européens et Djiboutiens autour de projets solidaires
tel que la santé et l’éducation  à Djibouti  mais aussi
agir en Belgique afin d’aider les enfants Djiboutiens qui grandiront
chez nous … chez eux à s’intégrer  dans notre société.
 
Récemment   l’association  s’est ramifiée, une nouvelle branche à vu le jour,
Le collectif Liégeois de lutte contre les mutilations génitales féminines.
 
Au fil du temps des liens d’AMITIÉ  sont nés.
Quotidiennement  nous échangeons
Virtuellement  quelques lignes.
 
 
 
Pour rencontrer les ami(e)s de LîDjibouti  (un clic sur la photo)
Image hébergée par servimg.com

19:27 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Amitié, solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

EN BELGIQUE

En février l’association LîDjibouti
Donnait une fête pour son premier anniversaire.
Une occasion de se rencontrer autre que virtuellement.
Y participer me tentais. Je me suis organisée à la maison
avec les enfants et le mari qui a bien voulu me laisser faire
le déplacement.
 
Après quelques heures de train
et la cohue du métro Parisien,
 je me suis retrouvée en Belgique.
Abdou et jacques étaient au rendez-vous
« gare de Liège » pour m’accueillir.
 
J’ai logé  à « l’auberge de Cheratte » chez Jacques
avec Marie-Claire qui arrivait de Suisse.
Nous sommes allés la chercher 
à l’aéroport de Zaventem (Bruxelle)
Le lendemain de mon arrivée.
 
Samedi ! c’est la fête.
Une salle, de la gastronomie Djiboutienne et belge,
des sourires, la bonne humeur, 
de l’animation et les Ami(e)s.
Au-delà  du virtuel tout était là
 pour que la fête soit belle et réussie.
Le Week-end s’est terminé par une visite de Liège.
 
Mille MERCIS
 
 
Mon Week-end à Liège en images
Image hébergée par servimg.com      Image hébergée par servimg.com
Un clic sur les images pour les agrandir 
Image hébergée par servimg.com    
 

 

19:26 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Amitié, solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

MERCI

Image hébergée par servimg.com

 Je passe  juste par ici
dire MERCI
à Valérie & Thierry,  Marie & Fred, 
Nath & J-P, vig & ricou, marie & Jean-Phi...
et toutes celles et ceux
qui ont partagé l'aventure à Djibouti avec nous.
Merci pour l'échange de photos,
peut-être que quelques-unes glissées sur ce blog
 sont votre propriété. Si pour une raison
quelconque vous ne voulez pas qu'elle y apparaissent,
il suffira de me le faire savoir et elles seront retirées.
AMITIES

19:10 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Accueil | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook

08/04/2008

Scènes de vie

Que dire de ces scènes de vie?
 si ce n'est qu'elles ont toutes été vécues
 avec émotion,  stupéfaction, émerveillement. 
C'est le quotidien, le savoir faire,
une leçon de vie parfois.

21:08 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Photos Djibouti | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Savoir Aimer

SAVOIR AIMER 

19:41 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Amitié, solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

FAUNE ET FLORE

 
La capacité spectaculaire d’adaptation et de résistance
à l’aridité et à la chaleur du milieu est remarquable pour
la faune et la flore Djiboutienne très caractérisée.
 
 
 
DSCF0036DD  
 
 
 
Epineux, dromadaires, chèvres  et autres espèces
terrestres et aquatiques ont cependant  une condition
de vie extrême, réglée au rythme des précipitations.
 
 
 
Image hébergée par servimg.com         Image hébergée par servimg.com             
 
Un clic sur les images pour les agrandir 
Image hébergée par servimg.com
  

Image hébergée par servimg.com

 

01:11 Écrit par Patricia, le trait d'union dans Photos Djibouti | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook