20/05/2008

Gondar & Axoum

Gondar fut la capitale de l’Éthiopie du 16ème au 18ème siècles.

 

« La légende dit:  que le roi Lebna Denghel vit apparaître l’archange Uraël.  
Il  lui  révéla que la nouvelle capitale du pays devait avoir un nom
commencent par la lettre G .
 
Quand à Fasiladès, il est dit, qu’il pourchassait un buffle,
celui-ci  le conduisit miraculeusement à Gondar.
Exténué par cette poursuite, le roi se reposa.
Un vieil ermite lui apparut et lui annonça qu’à cet endroit,
il devait établir sa capitale »
 
 

 

La ville n’a pas été épargnée dans le passé. Pillée, occupée, bombardée ….

Aujourd’hui Gondar abrite encore de nombreuses ruines de palais impériaux, mais aussi des églises et une belle architecture fasciste, empreintes de l’occupation Italienne.

 

La cité impérial de Gondar,

L’empereur Fasiladès fit construire le premier des châteaux. Les Empereurs qui lui ont succédé,

ont chacun apporté à ce château une touche personnelle.

 

L’église de Debré Birhan Sélassié,

L’église actuelle dédiée à la sainte Trinité à été construite au début du 19ème siècle sur les ruines d’une ancienne Eglise incendiée à plusieurs reprises. Elle est entourée de grands arbres. A l’intérieur le plafond  est décoré de Quatre-vingt anges et séraphins protecteurs regardant dans les quatre directions. les murs sont peints de scènes des deux testaments. On peut y voir de magnifiques tableaux racontant les épisodes de la vie de Jésus, la fuite en Égypte, les rameaux, la Sainte Cène, la descente aux enfers….

   

 

Plafond de l'église Debré Birhan Sélassié

Image hébergée par servimg.com

 

 

La route se poursuit jusqu'à Axoum (Axum),

 Axoum seconde ville sainte de la province du tigré après Lalibela. Un Royaume antique. Selon  la tradition de l’église Orthodoxe, l’Arche d’alliance aurait été volée par un roi d’Axoum puis cachée dans l’église Ste Marie de Sion  où elle se trouverait toujours.

le champ des stèles de gigantesques  colonnes trônent au milieu de ce site archéologique. Le plus grand des obélisques se trouve à terre brisé en quatre morceaux, il mesurait 33,5 m de hauteur, son poids dépassait les 400 tonnes. On peut encore en voir un de 23 m de hauteur il domine à l’entrée du champ. Un nombre impressionnant de stèles et obélisques sont alignés sur plusieurs rangées. Des fouilles se poursuivent, elles ont déjà permises de découvrir des salles funéraires et une nécropole qui pourrait dater du 4ème siècle après Jésus-Christ.   

 

Un bon nombre d’objets trouvés lors des fouilles de la région sont conservés et exposés au musée archéologique, poteries, croix en pierre, pièces de monnaie….

  

En face du champ des stèles se trouve le réservoir de May-Shum, plus connu sous le nom de « piscine de la reine de Saba » 

Au pied du mont Likanos, se trouvent les tombeaux de rois Axoumites. Le roi khaleb et son fils Gebré Masqal, on y accède par un escalier, le tombeau de Khaleb est formé de trois chambres funéraires tandis que  cinq constituent celui de Gebré Masqal.    

 

 Sur la piste, en redescendant à la ville, une petite construction en pierre abrite « la pierre d’Ezana » une stèle d’une hauteur de 2,5 m env. sur une largeur de 80 cm, sur laquelle des inscriptions datant du IVe siècle sont gravées en trois langues, en Sabéeb, en Grec et en Guèze. Les  inscriptions racontent comment le christianisme s’est développé dans la région d’Axoum sous le règne du roi Ezana. Cette pierre a été découverte par un paysan qui labourait son champ.                        

 

11:05 Écrit par Patricia, le trait d'union dans photos Ethiopie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.